traduction, relecture, glossaires et lexiques, conseils linguistiques...

Menu rapide
Mes prestations

Les Glossaires et les lexiques

L'essentiel :

Il s'agit de la création de listes bilingues de termes pour un domaine ou un sujet donné. On y intègre éventuellement d'autres énoncés estimés importants. Le but des glossaires et lexiques est d'harmoniser la communication entre les professionnels et les spécialistes concernés. C'est donc un travail terminologique.

La facturation pour cette prestation peut se faire de plusieurs manières selon les exigences particulières du client.

Le plus :

Si votre activité est concernée par l'harmonisation de la communication à l'international, les glossaires et les lexiques peuvent être d'une très grande utilité. Le but est de réduire au minimum les incohérences terminologiques à l'intérieur d'une organisation, rendant ainsi plus claire la communication, interne ou externe. Il s'agit d'un outil pour gérer la difficile rencontre entre la « synonymie terminologique » et l'analyse/interprétation sémantique de l'émetteur et de son récepteur, et ce dans un cadre bilingue.

Il est important de faire la différence entre l'établissement d'un glossaire ou d'un lexique (j'utiliserai juste 'glossaire' à partir de maintenant) comme prestation à part entière et la recherche terminologique qui se fait pour la traduction, bien que tous deux visent la recherche d'une véritable équivalence. Une traduction se fait sur un document donné, un sujet donné, à un moment donné, bref, on est dans une situation précise. Ce contexte facilite la recherche terminologique. Pour un glossaire par contre, il s'agit de la création d'un document officialisé et stoppé (sans pour autant être fixe) qui servira comme point de repère dans de multiples situations. De ce fait, un glossaire doit répondre à plusieurs exigences...

Une de ces exigences particulièrement intéressante pour la combinaison français-anglais est le besoin d'établir une légitime équivalence terminologique, tout en laissant de la place aux usages culturels. Ainsi le terme français « infarctus du myocarde » a, d'un point de vue très strictement terminologique, pour équivalent en anglais « myocardial infarction ». Ces deux termes décrivent la même chose, sur le même registre : une nécrose ischémique (infarctus/infarction) du muscle (myo/myo) du cœur (carde/cardial). Toutefois, dans la majorité de cas, on ne peut pas se permettre d'en rester là ; on a bien établi une équivalence terminologique, mais on a négligé une différence d'usage. Les termes médicaux gréco-latins sont plus couramment mis en œuvre en français, non seulement par les spécialistes du biomédical mais aussi par la population en général. Parler d'« infarctus du myocarde » dans une conversation n'est pas particulièrement surprenant en français. Les anglophones par contre ont tendance à favoriser, s'il y a un choix, une tournure non gréco-latine et ce même pour les initiés. Notre glossaire doit donc absolument faire de la place en anglais pour « heart attack » comme 'équivalant d'usage' d'« infarctus du myocarde » (et à l'inverse pour « infarctus du myocarde » comme équivalent de « heart attack »). Mais attention à la sur-simplification : je ne dis nullement qu'il faut toujours traduire « infarctus du myocarde » par « heart attack », au contraire, dans certaines situations, l'utilisation de « myocardial infarction » s'impose d'emblée—n'oublions pas, c'est le vrai équivalent terminologique.

Faire en sorte que l'utilisateur comprenne le quand et le comment des divers choix terminologiques fait partie de l'art de la création d'un glossaire, mais ce n'est pas le seul. Il s'agit donc d'un travail considérable, exigeant une collaboration étroite entre les divers acteurs.

Haut de page
valid xhtml valid css